Transformer l’encadrement des loyers en cercle vertueux

Depuis de nombreuses années, le principe d’un encadrement des loyers dans certains territoires suscite un vif débat en France, mais aussi en Europe ! Selon certains experts, ce dispositif pourrait avoir de nombreuses vertus, à condition de l’appliquer de façon rationnelle.

Paris n’est pas la seule grande ville européenne à avoir instauré un système d’encadrement des loyers. En effet, Berlin vient également de franchir le pas afin de mieux réguler son marché locatif. Toujours en France, Lille devrait bientôt suivre le mouvement, la cour administrative d’appel de Douai venant de confirmer que la ville remplissait les conditions définies par la loi Alur pour la mise en place de l’encadrement des loyers.

Dans le même temps, la tribune d’un expert parue dans Le Monde défend le principe d’un encadrement des loyers et affirme que propriétaires et les élus peuvent trouver un terrain d’entente. L’enjeu est de continuer à rendre attractif l’investissement locatif tout en garantissant la solvabilité des locataires. Selon les dires de cet expert, l’encadrement des loyers pourrait être l’occasion de séduire les investisseurs en leur assurant des revenus plus réguliers et des « locataires de qualité ».

Comment ? En créant des baux « longue durée » voire à durée indéterminée avec une revalorisation indexée sur l’inflation domestique. Le locataire aurait cependant la possibilité de quitter le logement en cas de changement de situation. L’encadrement ne serait donc pas figé tout en protégeant les locataires d’une augmentation non contrôlée des loyers. En contre-exemple, l’expert cite la ville de Berlin qui a choisi un gel pur et simple des loyers qui risque bien de faire fuir les investisseurs avec des répercussions contre-productives.

Toutes les actualités