La lutte contre les punaises de lit s’intensifie…

Il y a un an, la loi évoluait pour intégrer l’absence d’infestation parasitaire et de nuisibles dans les critères de décence des logements. Des mesures sont maintenant mises en œuvre pour tenter d’endiguer la propagation des punaises de lit.

L’article 142 de la loi du 23 novembre 2018 portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique (loi Elan) a modifié l’article 6 de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs. Cette modification a donc permis d’ajouter un nouveau critère de décence des logements : l’exemption de toute infestation d’espèces nuisible et parasites. Un moyen de lutter contre la prolifération des punaises de lit, parasites en pleine recrudescence ces dernières années.

Le bailleur se doit donc dans l’obligation de s’assurer de leur absence avant toute mise en location, mais aura aussi l’obligation de procéder à la désinsectisation en cas d’infestation, sauf à prouver que l’apparition des punaises de lit est due à un manque d’entretien de la part du locataire.

Dans le même temps, une surveillance plus importante des lieux d’hébergements collectifs a été instaurée et des campagnes de sensibilisation des services de l’État ont été menées. Ces derniers se font également de plus en plus souvent des relais de l’information auprès des populations les plus exposées. Il reste à espérer que ces moyens de vigilance supplémentaires suffisent à endiguer la propagation des punaises de lit.

Toutes les actualités